Zone à Faibles Emissions // Intervention de Françoise Chevallier au conseil municipal // 19 novembre 2018
Partager

La Métropole va créer une Zone à Faibles Emissions. Enfin ! Le plan Oxygène a été adopté en 2016 …

La pollution de l’air est un enjeu de santé publique :

– 46 000 décès anticipés par an en France (500 000 en Europe) ;

– aggravation des maladies respiratoires ou cardiovasculaires pour nos concitoyens les plus fragiles, les jeunes enfants ou les personnes âgées souffrant de maladies respiratoires.

Il y a urgence à réduire drastiquement les émissions de Nox et particules fines notamment ceux des véhicules thermiques. 

L’Europe a renvoyé la France devant la Cour de justice européenne car elle ne respecte pas les normes européennes de qualité de l’air dans au moins 12 agglomérations, dont Lyon. 48 000 habitants de la Métropole sont exposés à des niveaux de pollution supérieurs aux normes fixées par l’Europe et 90 % de ces personnes sont à l’intérieur du périmètre de la ZFE.

83% des habitants du Grand Lyon sont inquiets de la qualité de l’air qu’ils respirent !

Le groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s est favorable à l’instauration d’une Zone à Faibles Emissions(ZFE) dont l’objectif est d’interdire la circulation des véhicules les plus polluants.

Nous regrettons le report d’un an de la mise en oeuvre effective de la ZFE.

En effet, il est prévu que les véhicules utilitaires immatriculés avant 2005 et les poids lourds immatriculés avant 2009 (c’est à dire les « non classés » et les vignettes Crit’Air 5 et 4) soient interdits de circuler au 1erjanvier 2020. Ce devait être au 1erjanvier 2019.

Et nous regrettons le décalage supplémentaire d’un an pour les véhicules utilitaires légers diesel immatriculés avant 2010 et les poids lourds diesel d’avant 2013 (vignette Crit’Air 3) qui eux seront interdits au 1erjanvier 2021. C’est cette catégorie de véhicules qui participe le plus, du fait de leur nombre, aux émissions d’oxydes d’azote.

Nous demandons que la date de mise en œuvre soit ramenée au 1erjuillet 2019 pour les véhicules utilitaires légers et poids lourds non classés et avec vignettes 5, 4 et 3. 

A ce jour aucune mesure n’est annoncée pour les véhicules particuliers alors qu’ils produisent 48 % des dioxydes d’azote. Notre demande est que les véhicules particuliers « non classés », véhicules qui ont plus de 20 ans, soient aussi interdits à la circulation (ils représentent moins de 5 % du parc) dès la mise en oeuvre de la zone. Les mesures du gouvernement qui viennent d’être annoncées sur le doublement de la prime à la conversion, soit 4000 euros pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion moins polluant, devraient aider pour la mise en place de cette interdiction.

Avec les mesures annoncées pour la ZFE, il resterait en 2021 encore 7 700 habitants exposés à des niveaux en Nox supérieurs aux valeurs limite. Les habitants autour de l’école Michel Servet en feront certainement partie. L’interdiction aussi aux véhicules particuliers les plus polluants devrait permettre qu’il n’y ait plus aucune personne exposée à des niveaux de pollution supérieurs aux seuils retenus. Nous attendons des études complémentaires pour le vérifier

Sur le périmètre, nous demandons l’intégration des parties des 5ème, 7ème et 9ème arrondissements et l’axe A6/A7 qui traverse Lyon dans la zone. Cela gagnerait en lisibilité.

Nous proposons aussi la mise en place d’une aide pour aider au remplacement des véhicules ou à choisir d’autres modes de transport (je pense en particulier aux vélos cargo et triporteurs). Cette aide est nécessaire aussi pour les professionnels assurant des services « à domicile ». Cette aide complèterait l’aide de l’Etat. Cette aide devrait être mise en place dès 2019 pour encourager des comportements vertueux avant l’obligation. La ville pourrait compléter une aide de la Métropole.

Enfin, chacun de nous sait que les normes de qualité de l’air fixées par l’Europe sont deux fois moins exigeantes que celles recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé concernant les particules. Et aucune norme n’est donnée sur les PM 2,5 et les particules ultra fines, très inquiétantes pour la santé. Si nous voulons réduire encore plus fortement la pollution, il faut amplifier le développement des alternatives à la voiture individuelle (Transports en Commun, vélo, marche, co-voiturage, …) sur tout le territoire de la Métropole pour un accès à toutes et tous de ces alternatives et, bien évidemment, renoncer au projet d’Anneau des Sciences. Il nous faut aussi avancer sur la problématique du dernier kilomètre de livraison.

Nous souhaitons aussi la communication des cartes stratégiques de l’air, c’est à dire connaitre les équipements publics, en particulier les écoles et les crèches, qui sont situés dans des zones polluées.

Enfin quelles perspectives après 2021 ? Alors que des points noirs demeureront, alors qu’une partie de la population subira encore des dépassements. Alors que les recommandations OMS ne seront pas respectées pour une grande part de la population. 

Nous proposons de décider d’une date de fin du diesel.

La Métropole du Grand Paris vient de décider d’interdire les véhicules les plus polluants (non classés et Crit’Air 5) au 1erjuillet 2019 et d’exclure les véhicules diesel d’ici 2024. D’autres grandes villes ont des objectifs semblables. Lyon doit faire partie de ces grandes villes.

Avec toutes ces réserves, nous voterons favorablement pour la ZFE.

Françoise Chevallier, Présidente du groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville de Lyon

Une réflexion au sujet de “Zone à Faibles Emissions // Intervention de Françoise Chevallier au conseil municipal // 19 novembre 2018

  1. Nous sommes d’accord avec tout ce qui a été écrit ici sur la ZFE. Nous avions largement poussé pour que le Plan Oxygène s’occupe vite et en priorité des questions de circulation et de la qualité de l’air qui en résulte. Comme je l’ai dit et répété depuis 2015 (voir le rapport des étudiants de Sciences Po publié en janvier 2018), le Plan Oxygène a somnolé pendant deux ans sauf sur le chauffage au bois, il sort de sa léthargie et on découvre l’urgence. Nous avions des choses concrètes à proposer mais la porte a toujours été fermée. Le 7ème vice-président de la Métropole a d’ailleurs déclaré qu’il était hors de question que les conseils de quartier « mettent leur nez dans le Plan Oxygène ».
    Comment rattraper le retard et quelles priorités à mettre en avant ? ça risque d’être très compliqué.
    Gérard Françon
    Président de L’Air des Lyonnaises et des Lyonnais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.