Végétalisation expérimentale de la Presqu’île // Intervention d’Emeline Baume au conseil municipal // 1er juillet 2019
Partager

Cette proposition de mise en place de bacs accueillant divers végétaux sur des rues  de la presqu’ile a déjà fait beaucoup réagir sur Civocracy  entre autres  :

– sur l’envergure moindre au regard des enjeux de lutte contre la chaleur ;

– sur l’aspect certes expérimental et éphémère mais non participatif/citoyen ou «  permis de végétaliser » ;

– sur les lieux même d’implantation gênant les modes de déplacements alternatifs aux voitures individuelles.

Ces interpellations et suggestions en amont même des discussions dans cette assemblée sont significatifs de l’envie globale d’écologie exprimée par les lyonnais-e-s.

Dès le 6 juin, les élu-e-s Europe Ecologie Les Verts interpellaient le Maire sur deux aspects :

– sous forme d’une lettre ouverte rappelant le besoin de fraicheur, en particulier pour les populations vulnérables, puisqu’à ce moment là Météo-France annonçait la canicule que nous subissons depuis la semaine dernière ;

– sous forme de communiqué, vous invitant à aller au delà d’une végétalisation temporaire de fin de mandat en bac, en considérant globalement les mutations urbaines à provoquer dès aujourd’hui, en votre qualité de Maire pour faire face tant à la chaleur qu’aux pollutions sonore et atmosphérique.

Je reviens sur nos suggestions en terme de mobilité :

  • Limiter dès aujourd’hui à une voie voiture sous le tunnel de la Croix Rousse dans chaque sens et par conséquent limiter aussi les voies dédiées aux voitures sur l’axe Nord-Sud dans la continuité du Cours d’Herbouville et jusqu’à Perrache ;
  • mettre en place des remontes pentes ainsi que les navettes fluviales. 

Dès 2011 lors des débats autour de la construction et l’ouverture du pont Schumann, les élu-e-s EELV avaient fait de telles propositions.

– Accompagner massivement la végétalisation par l’isolation phonique et thermique de l’ensemble des bâtiments. Vous pouviez tout à fait accorder des incitations aux propriétaires qu’hélas nous ne retrouvons pas dans la modification de budget de cette année.

– Désimperméabiliser des sols de la presqu’ile et planter des arbres, et je vous donnerais un exemple symbolique accessible pour la Ville de Lyon : la désimperméabilisations des cours d’école ! Il est encore temps dans ce mandat en accompagnement de l’annonce du « Plan Arbre » annoncé le15 mai dernier.

Végétaliser et donner accès à l’eau sont essentiels pour lutter contre la chaleur . Concernant ce bien commun, il y a quelques temps vous avez tous ici après l’interpellation d’EELV et de Christophe Gourgeon pour l’UDI, vous y compris Monsieur le Maire, considérer qu’il fallait faire une pause dans les piquages de la nappe phréatique pour assurer le refroidissement d’immeubles tertiaires dans le 7ème.

La ressource en eau à Lyon est extrêmement vulnérable cette année avec non seulement des niveaux bas mais aussi une augmentation de la température. Une étude est lancée ! N’envisageons aucun nouvel aménagement pas même éphémère qui mobiliserait ou déséquilibrerait ces aquifères !

L’eau coule autour de nous : la Saône, le Rhône. Toutefois cette rivière et ce fleuve sont actuellement considérés comme impropres à la baignade pour des questions sanitaires et de sécurité. Pour faire face aux besoins des habitant-e-s et à notre incapacité à offrir vite de nouvelles piscines, vous pouvez tester des aménagements légers à l’instar du bassin de la Villette à Paris.

Pour terminer, Monsieur le Maire, si cette végétalisation temporaire de fin de mandat est votre solution pour faire face localement en presqu’île maintenant à ce que certains nomment désormais  » la souffrance climatique « , la facture de 600 000 € est élevée. Pour donner un point de repère avec cette même somme un petit parc pourrait être aménagé ou bien 10 emplois associatifs créés.

Nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Emeline Baume, Présidente du groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville de Lyon