Renouvellement du parc de véhicules de la Ville 2015-2020 // Intervention de Françoise Chevallier au conseil municipal de Lyon // 18 novembre 2019
Partager

Le plan Oxygène date de 2016 et la décision de création d’une zone à faibles émissions de début 2019 mais ses modalités de mise en place étaient connues depuis plusieurs mois.

L’année 2019 était censée être une année d’information et de préparation pour la mise en place de la Zone à Faible Emission. Pas sûre qu’elle ait été utilisée comme elle aurait dû l’être pour atteindre cet objectif. Combien d’actions pédagogiques ont été menées par la Métropole, quelles informations ont été diffusées par la ville de Lyon, dans le bulletin municipal, dans les arrondissements ? Je crains de connaître la réponse ! 

Alors on se retrouve à la veille de la mise en place réelle de la ZFE avec des demandes de dérogation, beaucoup trop de demandes de dérogation …

Si beaucoup d’entreprises attendent la dernière limite pour se mettre en conformité avec la réglementation en demandant dans le cas présent des dérogations basées sur des commandes en cours, c’est plus incompréhensible de la part d’une collectivité locale comme la ville de Lyon qui se doit d’être exemplaire. En effet nous avons appris en commission que toutes les commandes nécessaires pour le 1er janvier 2020 seront passées d’ici la fin de l’année. Nous aurions dû quand même plus anticiper ! Est-ce que ces commandes ont toutes été passées à la date d’aujourd’hui ? Merci de nous le préciser.

Nous souhaitons aussi connaître précisément l’échéancier de livraison des 99 véhicules à remplacer en 2020.

Et pour 2021 nous espérons que notre ville n’attendra pas fin 2020 pour réaliser les commandes nécessaires !

Rappelons une des recommandations de la Chambre régionale des comptes d’une meilleure programmation de l’évolution du parc de véhicules de la ville.

Il en va de la santé des lyonnais. Et il est urgent de prendre de réelles mesures pour améliorer la qualité de l’air. Le 24 octobre dernier, la France a été condamnée par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour manquement aux obligations concernant la qualité de l’air. Selon l’institution, « la France a dépassé de manière systématique et persistante la valeur limite annuelle pour le dioxyde d’azote depuis le 1er janvier 2010 ». Et Lyon fait partie des agglomérations concernées par ces dépassements.

Nous attendons la mise en place d’une ZFE plus ambitieuse dans le temps et dans son périmètre avec l’intégration des véhicules particuliers dans le dispositif, plus ambitieuse dans la communication et l’accompagnement des entreprises et des ménages… 

Il faut arrêter les reculs et les atermoiements dans ce domaine. 

La question de la pollution de l’air sera un enjeu des échéances électorales à venir. 

Les écologistes y répondront à la hauteur des enjeux.

Françoise Chevallier, Conseillère municipale du groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.