Familles sans toit dans le 1er arrondissement : dire… et surtout faire
Partager

Des enfants scolarisés dans le 1er arrondissement de Lyon et leurs parents n’ont pas de toit, condition pourtant essentielle à chaque être humain pour vivre. Les camarades de ces enfants et leurs parents les côtoient au quotidien et en sont choqués. Des solutions d’hébergement et de logement sont mises en place par les collectivités publiques et les riverains. Mais ces solutions sont insuffisantes pour répondre à l’augmentation de la pauvreté et des migrations.

A court terme, au-delà des 4000 places d’hébergements existantes dans l’agglomération, et en augmentation (+ 100 en 2012 et +100 en 2013), il faut notamment ouvrir certains gymnases comme prévu dans le plan de l’Etat. Il faut aussi amplifier la production de logements abordables.

A moyen terme, c’est la question du développement des logements, des politiques de l’emploi, de la construction d’un accord sur la politique migratoire (qui dépassent la pire solution qu’est la xénophobie mais aussi les mauvaises que sont l’indifférence et l’angélisme).

 Mettre de l’huile dans les rouages, pas sur le feu

« C’est au Maire d’arrondissement, qui a  en propre les délégations de l’hébergement et des bâtiments, de faire des propositions concernant l’usage des bâtiments dont sa mairie a la responsabilité. Nous pensons que soutenir des familles en difficulté, y compris par des « coups d’éclats », est un élément de mobilisation. Nous pensons surtout que le rôle d’un élu directement concerné n’est pas seulement de dénoncer mais de rechercher avec persévérance des solutions. » explique Luc Voiturier adjoint au maire du 1er arrondissement, déléguée au logement, co-président élu du Conseil de quartier Ouest des Pentes.

« Si les habitants expriment légitimement leur colère, le rôle d’un élu est d’y répondre et non de l’attiser. Nous soutiendrons tous les élus qui réitèreront notre demande de recension des bâtiments vides appartenant à la ville et pouvant être momentanément confiés aux professionnels du logement d’urgence qui, à Lyon, font un travail remarquable. La nomination du lyonnais Jérôme Colrat, directeur d’ALYNEA, comme nouveau président du Samu Social de Paris, en est un signe. » ajoute Emeline Baume candidate écologiste aux élections municipales 2014 de Lyon et tête de liste du 1er arrondissement.

« C’est ce que nous faisons en tant qu’élus, comme adjoint au logement à la Mairie du 1er avec la production de 80 logements HLM chaque année, et en tant que militants écologistes solidaires du Ministre du logement qui s’échine à augmenter le nombre de place d’hébergements et de logements. Agir, parce que les familles sans toit du 1er n’en ont toujours pas… » conclue Luc Voiturier.

Emeline Baume, candidate écologiste aux élections municipales 2014 de Lyon et tête de liste du 1er arrondissement
Luc Voiturier, adjoint au maire du 1er arrondissement, déléguée au logement, co-président élu du Conseil de quartier Ouest des Pentes