Engagement triennal de la ville de Lyon pour la production du logement social // Intervention d’Emeline Baume au conseil municipal de Lyon // 18 décembre 2017
Partager

Nous avons la chance de vivre dans une ville et une agglomération où du côté du logement social, les choses se passent bien et s’améliorent.
– Un taux de logement social qui avoisine les 20 % à Lyon et une répartition de la construction qui limite le clivage social entre catégories aisées dans les centres villes, pauvres en première couronne et classes moyennes en deuxième couronne. L’objectif  de 1 600 logements sociaux nouveaux par an pour le nouvel engagement triennal avec un quart en PLAI est du même niveau que l’engagement précédent et au delà des objectifs réglementaires fixés par l’Etat.
– Une relative qualité de vie dans les quartiers dits populaires avec entre autres une approche urbaine orientée sur les usages et non uniquement sur la simple gestion des lieux et habitants.

C’est le résultat d’une politique de longue haleine que vous avez décidée et réalisée, que nous avons soutenue et à laquelle nous avons aussi contribué via Gilles Buna.

Vous nous présentez ce jour un rapport qui s’inscrit dans cette veine.

Sauf que les orientations et les actuelles décisions financières du gouvernement vont peut être saper les conditions qui font que tout se passe bien.

Pour la production de logement social : 18% provient des fonds propres des bailleurs et 66% de leurs remboursements d’emprunt à la Caisse des dépôts.
Dans ce contexte, imposer de diminuer les loyers de 50 à 60 euros par logement par mois (pour compenser la baisse des APL) est un manque à gagner important qui va fragiliser les bailleurs sociaux et qui risque fort d’hypothéquer leur capacité d’investissement.

Dans notre agglomération, ce sont 50 Millions d’euros en moins chaque année qui ne rentreront plus dans le système financier du logement social. L’Etat verse une douzaine de millions d’aide à la pierre et la Métropole une vingtaine, soit au total 30 à 40 millions selon les années.

La Métropole qui subit une baisse importante d’aides de l’Etat pour le plan de mandat, n’a pas envisagé de passer son aide de 20 à 70 M€ chaque année.

Et les effets de la vente du patrimoine HLM ou du regroupement d’organismes ne génèreront pas 50 M€ chaque année. Ni même la concentration des aides à la pierre dans les zones tendues.

Nous soutenons bien entendu ces objectifs quantitatifs de production de logement social pour les années à venir.

Emeline Baume, Conseillère municipale Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville de Lyon