Dons alimentaires de la Ville de Lyon à des associations d’aide alimentaire // Intervention d’Emeline Baume au conseil municipal // 1er juillet 2019
Partager

Donner au lieu de jeter est de bon sens. Les élu-e-s Europe Ecologie Les Verts saluent cette première démarche de remise de certains produits non consommés au sein es restaurants scolaires pour des structures relevant de l’urgence alimentaire.

Grâce aux pesées effectuées par l’association « Lyon Bio Ressources » dans le cadre d’un projet financé au titre de l’économie circulaire par la Métropole de Lyon, des parents d’élèves de l’école Joseph Cornier et des jeunes du collège Clément Marot ont ainsi porté plus fort l’alerte grâce à ces données.

La Métropole de Lyon porteuse d’une démarche  » territoire zéro déchet, zéro gaspillage  » a joué ici son rôle d’accélérateur et de facilitateur !

Si spontanément le don semble juste au sens de la justice sociale, il convient de regarder plus globalement le problème des pertes et gaspillages tout au long de la chaine de valeur alimentaire.

D’après un rapport de l’ADEME, ces pertes et gaspillages représentent 100 € par français et par an, avec un certain poids en Gaz à Effet de Serre : 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent des déchets alimentaires. Cela signifie que si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le troisième plus grand émetteur de CO2 (après la Chine et les Etats-Unis) !

Le système agricole global productiviste générant ces pertes et gaspillages participe à la disparition du vivant avec, d’après un rapport de l’ONU de mai dernier, 1 million d’espèces animales et végétales en voie d’extinction dont des insectes pollinisateurs.

Dans le même temps sur notre territoire, 1 famille sur 4 indique ne pas se nourrir correctement ou à sa faim ( diagnostic du Projet alimentaire territorial de la Métropole de Lyon).

Pour les élu-e-s EELV, le temps de l’alerte est passé, place aux actions. C’est pourquoi nous livrons ici nos suggestions.

1 – A l’échelle nationale sujet de la loi « Economie circulaire » . Chers députés siégeant dans ce conseil municipal, pour la justice sociale et la préservation du vivant, vous devez soutenir toutes les dispositifs du type TVA circulaire y compris sur les denrées alimentaires pénalisant les sur-emballages et portions individuelles et favorisant le vrac, l’achat mutualisé, etc. Vous devez soutenir un mécanisme de redistribution adossé à la TGAP, et, l’ensemble des démarches de recherche et innovation ouvertes et d’éducation dans les territoires.

2 – A l’échelle locale : il faut d’abord adapter l’offre et le service afin que nos enfants mangent sans gaspiller. Ainsi, des communes de la périphérie lyonnaise, en réorganisant la cantine, en travaillant sur la localisation du pain et les portions proposées arrivent à limiter ce qui est jeté passant ainsi de 180 gr de déchets par plateau à 50 gr.

Ensuite on peut aller plus loin que le simple don. Certains produits peuvent et doivent être transformés en compote, confiture ou fruits séchés ou bien en coulis, panure et autres. Des entrepreneurs engagés localement font ceci. Je pense à l’atelier de transformation de Récup et Gamelle, au séchage de fruits proposés par Rezo 1901, mais aussi à la conserverie solidaire chez Alynea. Là encore, ce sont des démarches accompagnées par la politique « zéro déchet, zéro gaspillage » de la Métropole de Lyon.

L’objectif du zéro gaspillage à la cantine doit être un cap à tenir pour améliorer l’approvisionnement en produits biologiques et locaux, et, aller vers un vrai repas végétarien par semaine. Sortir des monocultures maïs-soja et des maltraitances animales n’est possible que si tous, nous diminuons nos rations de viande et faisons découvrir aux jeunes les protéines végétales.

Si le principe d’une cuisine centrale élaborant plus de 26 000 repas jour avec une vraie légumerie et des emplois d’insertion semblait intéressant il y a quelques années,  il conviendrait dès aujourd’hui de travailler à l’évolution de ce seul point centralisateur imposant de trop lourds approvisionnements limitant ainsi toute volonté politique de soutien aux filières vertueuses et locales.

Nous soutenons ce premier pas et vous invitons à accélérer les démarches de lutte contre les pertes et gaspillages pour la préservation du vivant.

Emeline Baume, Présidente du groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville de Lyon