Approbation du PLU-H de la Métropole lyonnaise // Intervention de Françoise Chevallier au conseil municipal de Lyon // 18 décembre 2017
Partager

Aujourd’hui, avec l’avis que nous allons donner pour le PLUH, nous prenons des engagements importants pour l’avenir
Ce PLUH de la métropole lyonnaise est plus ambitieux que le précédent en ce qui concerne la transition écologique. Mais il faudra bien sûr qu’il soit accompagné d’actes et d’investissements pour que ces engagements deviennent effectifs.

Pour nous, ce PLU-H doit répondre à 3 enjeux majeurs :
– atténuer la crise écologique ;
– préparer les bouleversements dus au réchauffement climatique ;
– réduire les inégalités au sein de notre territoire.

Si l’objectif de réduire de 20% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 est en passe d’être tenu d’après les résultats des plans climat de notre ville et de la Métropole, nous avons aussi l’objectif de diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Les années qui viennent seront décisives, ce PLUH sera donc déterminant.

Nous soutenons les objectifs de ce PLU-H :
– objectif de densification autour des axes forts de transport en commun pour répondre à la demande de logement et en particulier de logement social ;
– objectif de réduction de la surface urbanisable : plus de 700 ha sont rendus à la nature sur la métropole avec une limitation de l’urbanisation à 50 % du territoire de la Métropole ;
L’Autorité environnementale dans son avis sur le PLUH qui vient d’être publié va plus loin en indiquant qu’il faudrait revoir encore à la baisse la capacité d’urbanisation des zones en extension. Nous partageons cette observation.
– objectif de réduction du stationnement pour les voitures dans les secteurs proches des stations de transport en commun et objectif de doubler les surfaces pour le stationnement des vélos. Ces mesures vont permettre de limiter les émissions de gaz à effet de serre ;
– objectif d’augmenter le coefficient de pleine terre jusqu’à 50 %, cela va favoriser un renforcement de la nature en ville, une meilleure préservation de la biodiversité et du cycle de l’eau ;
– objectif pour la trame verte et bleue d’une augmentation de 220 ha de zones de paysages, de parcs urbains ou de loisirs sur la Métropole. Cette trame verte et bleue est déclinée sur chaque commune et arrondissement. Sa visibilité sur les cartes mériterait d’être améliorée.

Quelques propositions pour aller encore plus loin :
– réglementer pour les les toitures plates, la végétalisation et la production photovoltaïque ;
– introduire un coefficient de biodiversité en complément du coefficient pleine terre comme à Paris ;
– avoir des dispositifs pour améliorer la performance énergétique des bâtiments existants. C’est aussi ce que propose l’Autorité environnementale.

Nous voulons aussi dire que l’objectif de bouclage du périphérique est en contradiction avec les objectifs de notre PLUH de transition écologique et énergétique mais aussi de consommation des espaces naturels et agricoles.

Ce PLUH comporte aussi un enjeu majeur de réduction des inégalités et de solidarité.

Nous approuvons les objectifs de construction de 4000 logements sociaux par an (1600 pour la ville de Lyon) afin d’atteindre le taux de 25% de logement social.
Pour les communes contraintes au plan spatial, comme certains de nos arrondissements, le logement social doit se développer dans le parc existant par de l’acquisition-amélioration et du conventionnement.

Nous approuvons le développement des secteurs de mixité sociale qui produit une grande part des nouveaux logements sociaux et le fait que les seuils de déclenchement soient abaissés. Cela renforce aussi la mixité.

Le défi de la solidarité est aussi de mieux accueillir et gérer, avec les services de l’Etat bien sûr, les populations qui arrivent sur notre territoire : on ne peut pas accepter les expulsions de squats ou de terrains sans solutions respectueuses de la dignité des personnes.

Enfin, sur l’habitat, nous pensons que le PLU-H pourrait être plus volontariste sur des formes d’habitat innovantes, notamment l’habitat coopératif. De même, nous ne sommes pas sûrs que le PLU-H garantisse un accueil suffisant aux gens du voyage.

Enfin, quelques réflexions propres à Lyon :

Malgré notre engagement communal de production de logements sociaux, va-t-on arriver à lutter efficacement contre une certaine gentrification. Il faudrait sur certains quartiers renforcer les acquisitions ou conventionnements en vue de créer plus de logement social.

Concernant le projet Part-Dieu : pas de grande hauteur nouvelle affichée dans ce nouveau PLUH. On peut donc espérer qu’il n’y aura pas de nouveau projet de grande tour. L’autorité environnementale note d’ailleurs que le parti urbain de grande hauteur dans le secteur de la Part-Dieu n’est pas expliqué alors qu’il a des conséquences importantes sur le paysage urbain. La tour Incity l’illustre bien !

Toujours pour la Part-Dieu, nous regrettons qu’il n’y ait pas un emplacement réservé pour un nouveau groupe scolaire dans ce quartier car nous nous questionnons toujours sur le fait que les agrandissements retenus pour les écoles Léon Jouhaux et Jean-Jaurès soient suffisants.

Concernant Gerland nous nous questionnons sur le fait de ne pas voir d’emplacement réservé pour la nouvelle piscine annoncée.
Enfin concernant les besoins en équipements nouveaux (écoles, crèches, équipements socio-éducatifs et sportifs) est-ce que tous les besoins ont bien été anticipés et les réservations d’emplacements nécessaires faites dans ce nouveau PLUH ? La population de notre ville va continuer à augmenter et il est important d’anticiper.

Notre groupe votera ce PLU-H car il représente un saut qualitatif important pour aller vers une transition écologique et solidaire. Mais cela devra se traduire par des projets et réalisations concrètes pour bien avancer dans ce sens et tenir nos objectifs. Un PLUH permet mais ne garantit pas de faire.

Beaucoup d’habitants ont participé à la concertation en amont sur les grandes orientations du PLUH. Il reste l’étape décisive de l’enquête publique qui aura lieu au printemps. Des réunions publiques doivent avoir lieu pour informer sur la traduction concrète des orientations au niveau local. Chacun doit pouvoir s’exprimer en toute connaissance de cause.

Notre groupe Europe Ecologie Les Verts votera favorablement pour ce PLUH.

Françoise Chevallier, Présidente du groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville de Lyon