Suppression du service public du Camping International de Lyon // Intervention d’Etienne Tête au conseil municipal de Lyon // 27 mars 2017
Partager

L’intérêt du camping international qui date de 1965, n’est plus à démontrer :
– intérêt touristique, avec l’accueil des visiteurs, notamment lors des grands évènements et même lors de la fête des lumières ;
– intérêt économique, avec l’accueil de certains forains lors d’évènements métropolitains ;
– intérêt social, car il permet à certains de se loger.

Le Schéma de Développement Touristique 2016-2020 de la Métropole dit explicitement : « Pour ce qui est de l’hébergement de plein air, si l’offre est peu présente sur la destination en raison des concurrences foncières accrues, il s’agit de consolider l’offre existante en accompagnant la création potentielle d’environ 80 à 120 emplacements supplémentaires sur la destination. » Donc nous avons besoin de places de camping dans le cadre de la métropole et cela paraît donc un paradoxe de supprimer le service.

Certes, on nous dira : « la ville de Lyon n’a pas vocation à prendre en charge le camping de la Métropole. C’est l’histoire de la ville de Lyon qui a un tennis à Caluire, une salle à Villeurbanne, … Ce serait une vision expansionniste des années 60 ». On peut comprendre ce débat en disant que dorénavant nous avons une métropole forte. Mais alors celle-ci répondrait aux enjeux métropolitains en transférant cet équipement à la Métropole. Nous serions dans une solution logique qui répondrait au besoin de places de camping.

La deuxième chose qui nous inquiete est la question foncière. Si on le privatise, nous n’aurons plus aucune garantie de ce que sera l’avenir. Qui dit privatisation totale du terrain et de l’équipement, dit qu’à l’échelle de l’histoire, les gens en feront ce qu’ils veulent. Alors qu’ils l’auront pourtant acheter comme terrain à usage de camping.

Nous vous avons fait une proposition par écrit, parce que nous sommes des gens de dialogue, qui était soit de transférer à la Métropole ; soit de contracter un bail emphytéotique, si votre souhait était de privatiser.

Nous n’avons pas été entendus, nous voterons contre ce dossier en espérant que nous puissions encore réfléchir sur l’avenir du camping.

Une dernière pointe de curiosité, je me souviens, quand dans ce conseil, on nous a dit qu’il était interdit de vendre un équipement public s’il reste à la même destination, c’était à propos du stade. Et subitement pour le camping cela devient légal.

Etienne Tête,
Conseiller municipal Europe Ecologie-Les Verts et apparentés de la Ville de Lyon