Pollution de l’air // Question orale posée au Maire de Lyon par le groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville Conseil Municipal // 28 mai 2018
Partager

Monsieur le Maire,

Notre question est d’actualité puisque jeudi 17 mai dernier, la Commission européenne a annoncé sa décision de renvoyer la France devant la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) pour non-respect des normes de qualité de l’air. En effet, des sources proches de la Commission ont confié au journal Le Monde que si « la France a fait des efforts, la situation reste très préoccupante dans douze zones soumises à des niveaux de dioxyde d’azote (NO2) très élevés » dont Lyon fait partie.

Notre question concerne la pollution très forte, tout particulièrement aux NOX (oxydes d’azote), qui touche l’école Michel Servet et le quartier autour, au cœur du 1Er arrondissement. Sa situation à la sortie du tunnel de la Croix Rousse et de ses deux fois deux voies et au droit du quai André Lassagne (deux fois trois voies) en fait un « point noir », pas le seul, qu’il nous revient de résorber.

Les résultats des mesures faites par Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes sont alarmants au regard des données collectées par le capteur dit de la « Croix Rousse » situé à proximité de l’école. En effet, ces données concernant les Nox, tant journalières, que mensuelles ou annuelles, montrent que le site est constamment au-dessus des recommandations européennes et de l’OMS (qui fixent toutes les deux la limite à 40 microgrammes/m3) et surtout que la situation est en constante dégradation !

L’année passée ce sont douze mois sur douze que ces concentrations en NOX ont dépassé les recommandations.
Mais surtout, si on regarde les 5 dernières années, l’augmentation est continue et atteint maintenant les concentrations à proximité du périphérique. De 46 microgrammes par m3 en 2013, les concentrations sont montées à 55 en 2015, puis 62 en 2016 et 73 microgrammes par m3 en 2017, un progression de près de 60% !

Plutôt que d’être contraint de fermer cette école et d’en déplacer les classes, nous vous faisons une proposition sachant que la circulation automobile est la principale cause des émissions d’oxydes d’azote, nous proposons de réduire les voiries sur le quai Lassagne à 2 fois 2 voies (dans la continuité de l’aménagement du cours d’Herbouville) et sous le tunnel de la Croix Rousse à deux fois une voie et d’en mesurer les effets à un, trois et six mois des deux côtés du tunnel.
Qu’en pensez vous ?

Françoise Chevallier
Présidente du groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville de Lyon

Une réflexion au sujet de “Pollution de l’air // Question orale posée au Maire de Lyon par le groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville Conseil Municipal // 28 mai 2018

  1. Françoise
    Une cause possible de l’augmentation des NOx.
    Les lois de la physique et de la chimie veulent que faire baisser les émissions de CO2 d’un moteur thermique fait automatiquement augmenter les émissions de NOx.
    Rien n’est simple. Pour la planète il faut diminuer le CO2, pour la santé publique il faut diminuer les NOx.
    En rase campagne les NOx, ce n’est pas grave. Il faudrait des moteurs plus intelligents. Mais la vraie solution est de diminuer drastiquement le nombre de voitures.
    D’abord 2 personnes minimum par voiture divise par deux la pollution.
    Voitures électriques, attention, pollution déplacée : fabrication et recyclage des batteries, électricité nucléaire, gaz, charbon… Hé oui on utilise de l’électricité des centrales charbon européenne.
    Cordialement
    Michel Bruley

Les commentaires sont fermés.