Parc de la Tête d’Or // Intervention au Conseil Municipal // 7 Novembre 2011
Partager

Question 2 de la Mairie du 6ème arrondissement

Parc de la Tête d’Or : La Ville de Lyon n’a manifestement plus les moyens d’entretenir seule un parc comme celui de la Tête d’Or. Les investissements nécessaires à son entretien arrivant trop tard, il se dégrade. Ce parc, de part sa renommée et sa fréquentation, est un parc d’agglomération, bien plus qu’un parc de proximité. Nous pensons qu’il est temps que sa gestion soit transférée de la Ville de Lyon au Grand Lyon. Adhérez-vous à notre proposition et si oui, quand pensez-vous entamer les procédures nécessaires à ce transfert de gestion ? Dans la négative, comment envisagez-vous le devenir et l’entretien de cet équipement de plus en plus dégradé ?

Réponse de Gilles Buna, adjoint Europe Ecologie Les Verts à l’Urbanisme

Le Parc de la Tête d’Or fait partie du domaine communal depuis sa création en 1856. Il est, avec ses 105 hectares, l’un des plus grands parcs urbains de France, et constitue un patrimoine auquel les lyonnais sont fortement attachés.

Le parc reçoit plus de 3 M de visiteurs par an (jardin botanique, jardin zoologique, roseraie…).

La municipalité de Lyon a conscience de l’intérêt majeur que représente ce parc pour la qualité de vie urbaine, pour la conservation des espèces végétales et animales et pout le rôle pédagogique qu’il exerce auprès de nombreux publics.

Le coût d’entretien du Parc de la Tête d’Or, est estimé aujourd’hui à environ 7 millions d’euros chaque année, soit environ 14.50 € par Lyonnais et par an.

Historiquement, la gestion du Parc de la Tête d’Or incombe à la Ville de Lyon, comme l’ensemble des Espaces Verts publics sur son territoire.

Dans le cadre de l’organisation communautaire avec Le Grand Lyon, les espaces verts restent une « compétence » communale. C’est vrai à Lyon, mais aussi pour toutes les communes du Grand Lyon. Contrairement aux déclarations faites lors du Conseil d’arrondissement du 6ème, le parc de la Feyssine n’est pas pris en charge par le Grand Lyon mais par Villeurbanne.

Ainsi depuis 2002, la Ville de Lyon s’est fortement engagée, et ce sont près de 17 millions d’euros qui ont été investis dans le Parc de la Tête d’Or, pour des travaux importants, comme la Plaine Africaine (5.6 M€), la réfection des sanitaires ou la clôture du Jardin Zoologique, mais aussi comme d’autres moins visibles ou moins spectaculaires :
– la restauration et le repositionnement de plusieurs éléments patrimoniaux (transfert du pigeonnier et de l’abri à grues),
– les réfections de voiries, de bâtiments, d’allées, de gazons, de la piste de jogging,
– l’aménagement et le soutènement des berges, le remplacement des pompes, les modifications de réseaux d’arrosage,
– la pose de bordures, de bancs, la signalétique,
– l’abattage d’arbres (chancre coloré) et le plan de gestion du patrimoine arboré,
– la destruction des anciens blocs sanitaires, la démolition de l’ancien bâtiment des girafes,
– la valorisation de l’Ile aux Souvenirs,
– la rénovation des roseraies, des pergolas, des édicules, de la toiture de l’Orangerie, de – la Vacherie, des gardes corps et des gradins du Vélodrome,
– la restructuration du poste des Gardes,
– la réfection de kiosques, des édicules pour les commerçants,
– la rénovation des enclos des animaux, l’extension de cages,
– la reconstruction en cours des vestiaires du Jardin Botanique.

La liste des investissements réalisés n’est pas exhaustive, mais elle démontre tout l’intérêt de la collectivité et sa capacité à entretenir ce patrimoine exceptionnel et à assumer toutes ses responsabilités.

Dans cette optique, la municipalité va s’engager et réaliser la réhabilitation des petites serres. En 2012, une première étape verra la consolidation de la serre dite « Mexicaine », et la réalisation d’une serre provisoire pour protéger le patrimoine végétal rare que contiennent ces serres. Toujours en 2012, nous lancerons une étude conjointe sur les missions du Jardin Botanique et sur les petites serres, afin d’avoir un projet global cohérent que nous puissions soumettre au débat budgétaire.

La réflexion sur le financement et /ou le transfert des grands parcs d’agglomération reste bien évidemment ouverte et ce dans le cadre des nouvelles compétences que la Grand Lyon pourrait assumer si les 58 communes qui le composent donnaient leur accord.

Lors de la séance du 6 octobre 2009, la commission « transfert de compétences », qui regroupe l’ensemble des sensibilités qui existent dans l’hémicycle, a jugé prudent d’attendre 2014, car 2014 verra, peut-être, l’application de la réforme territoriale et certainement la création des pôles métropolitains.

Mais rassurez-vous, le Grand Lyon continuera à financer la création des grands projets de parcs, comme il le fait déjà, en particulier s’ils s’intègrent dans la trame verte inscrite au SCOT.

C’est vrai  pour le parc de la Feyssine, hier, comme aujourd’hui pour le parc Sergent Blandan.

Pour résumer, la compétence de la gestion des parcs reste Ville de Lyon.