Lettre aux militant-e-s lyonnais-e-s
Partager

Cher-e-s militant-e-s d’EELV Lyon,

Lors de la dernière AG d’EELV Lyon qui s’est tenu le 14 Octobre dernier, j’ai été élu Secrétaire d’EELV Lyon et prend ainsi la relève de Thomas Dossus.

Aussi modeste soit la position de Secrétaire d’EELV Lyon, j’ai conscience que la tâche n’est pas simple. La période est difficile pour l’écologie politique : EELV n’a plus de représentation à l’Assemblée nationale et de nombreux écologistes se sont dissous dans d’autres mouvements. Il est donc facile de penser que nous sommes amoindris.

Pour autant l’écologie politique me parait plus que jamais un mouvement politique essentiel. Les enjeux environnementaux ne sont plus seulement considérables, ils sont devenus urgent à prendre à bras le corps : nous savons qu’il nous reste peu de temps pour endiguer le réchauffement climatique ; il en est de même pour la limitation du risque d’effondrement de la biodiversité – pour ne citer que les plus majeurs. Or la population (française) a largement pris conscience de ces enjeux et attend des actes concrets. Beaucoup savent que des changements profonds doivent être menés.

À cela s’ajoute le rejet des partis politiques « traditionnels » dont, je le crois, nous ne sommes pas – même si nous avons certainement donné trop de grain à moudre à ceux qui nous accusaient d’être comme les autres. La recomposition du paysage politique français peut représenter une opportunité pour l’écologie politique de se démarquer et d’offrir un autre chemin qui ne serait ni une opposition frontale et systématique, ni la perpétuation de mécanismes de prédation même panachés de vertes intentions.

Le moment nous est donc favorable et – j’ose le dire – le monde a besoin de nous. Alors que faisons-nous ? Et surtout, que faisons-nous en tant qu’EELV Lyon ?

L’objectif que je vous propose de poursuivre pour les deux prochaines années est de rendre nos idées majoritaires dans la ville de Lyon. Ce projet semblera à certains utopique – il n’en vaut pas moins la peine.

Pour commencer, je vous propose de concentrer nos efforts sur la (re)mobilisation du mouvement. En particulier, il nous faut éviter de nous nuire à nous-mêmes en cultivant nos divergences. Il me semble essentiel de nous recentrer collectivement sur ce qui fait le commun de notre mouvement. Et pour cela, nous réunir tous ensemble à l’échelle de Lyon est indispensable, notamment pour débattre et donc nous enrichir – tout en étant capable de bien circonscrire nos différends lorsqu’ils existent. Concrètement, un calendrier de réunions de l’ensemble des militants lyonnais sera prochainement proposé. Il est aussi indispensable que le groupe local lyonnais s’assure qu’un lien entre les élus EELV et les militants soit maintenu et c’est pourquoi je souhaite que les élus soient présents autant que possible aux réunions du groupe EELV Lyon. En parallèle, il est indispensable d’aller chercher de nouveaux militants, notamment parmi les gens qui s’investissent déjà dans une écologie militante– à nous de leur dire que nous avons besoin d’eux pour faire et construire le mouvement. Nous devons soigner l’accueil des nouveaux militants afin de donner envie et confiance dans le mouvement et pour cela je souhaite mettre en place un calendrier de réunion d’accueil permettant à chaque nouvel adhérent de se familiariser avec EELV. Je souhaite également ouvrir nos réunions à toutes les personnes intéressées par l’écologie politique et pour cela je prévois de demander à chaque militant d’inviter régulièrement des personnes de son entourage à nos réunions. Enfin, il me semble indispensable d’investir sur la formation interne – notamment en maintenant les « jeudi de l’écologie » et en en proposant une programmation annuelle sur les thèmes clefs pour la ville et la métropole.

Nous préparer pour 2020 implique de définir la vision que nous voulons concrètement proposer pour la ville et plus largement la métropole. Sur ce sujet, je souhaite définir avec le Comité d’animation une méthode pour définir les contenus qui constitueraient la traduction concrètes de notre vision de la ville et pour la ville. Une méthode de coordination avec l’instance départementale, le CPR, devra également être défini rapidement pour nous assurer que sommes en capacité de penser et élaborer des propositions à l’échelle métropolitaine. Le pain est sur la planche…

Bien à vous,

Grégory Doucet