Election du nouveau maire de Lyon // Intervention de Françoise Chevallier au conseil municipal // 18 juillet 2017
Partager

Tout d’abord je vous adresse monsieur le maire toutes nos félicitations pour votre élection.

Nous sommes à mi-mandat et il nous reste trois ans pour poursuivre et accroitre nos actions vers la transition écologique de notre ville. Les élu-es EELV entendent, tant à la ville que dans les arrondissements, soutenir toutes politiques publiques qui apportent à nos concitoyens une meilleure qualité de vie sur le plan environnemental, qui contribuent au développement d’une économie post carbone et qui placent l’humain au cœur de sa politique sociale. Nous devons regarder les engagements pris en 2014 devant les lyonnaises et lyonnais et tenir compte que lors des derniers scrutins nombre d’entre eux se sont éloignés de cette démarche citoyenne, l’abstention et le vote blanc ayant connu un niveau record pour ce type d’élections.

Cela veut dire poursuivre la réalisation de notre plan climat à la hauteur des engagements que nous avons pris en début de mandat avec l’écorénovation de nos bâtiments municipaux, la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables, la poursuite de l’évolution des déplacements des agents et des élus dans le cadre des missions de la ville (moins de déplacements en voiture, une flotte de véhicules plus propre et moins nombreuse et une utilisation de l’autopartage), la poursuite de la modernisation de l’éclairage public qui permet beaucoup d’économies d’énergie, une augmentation du nombre de nos marchés ayant une clause énergie-climat, etc.
Tout cela contribue à la lutte contre le changement climatique et plus localement à l’amélioration de la qualité de l’air alors que notre ville subit encore une pollution trop importante de l’air contre laquelle il nous faut agir plus fortement.
Sur le plan de l’environnement et de la protection de la biodiversité, outre le fait que cela améliore le cadre de vie des lyonnais, l’aménagement d’espaces verts, la réalisation de véritables trames vertes permettent aussi de lutter contre les ilots de chaleur et ainsi s’adapter au changement climatique et contribuer à contenir l’augmentation des températures à moins de deux degrés.
Il y a en effet urgence car notre ville pourrait avoir en 2100 la température d’Alger avec des conséquences telles que le réchauffement de nos cours d’eau et le problème de refroidissement des centrales nucléaires…

Sur le plan économique, le nouveau marché de la restauration scolaire devra aller vers plus de produits bio et locaux, soutenant ainsi les filières locales et donc l’emploi non délocalisable sans oublier un objectif fort de réduction des gaspillages et des déchets.

Nous attendons aussi que le travail commence avec nos opérateurs financiers et que notre ville oriente ses investissements vers un soutien à une économie de plus en plus décarbonnée.

Enfin, vis-à-vis des populations fragiles et défavorisées, Lyon doit être active et ne pas se laisser enfermée par des choix à court terme dictés par les contraintes budgétaires. Les réformes annoncées par le nouveau gouvernement comme la suppression de la taxe d’habitation, impôt injuste qu’il aurait fallu réformer, ou encore l’économie de 10 à 13 milliards demandées aux collectivités par le gouvernement sur le quinquennat vont rendre difficiles les choix à venir. Malgré cela il nous faudra poursuivre nos investissements dans le logement social, car qui peut-on croire qu’il est possible de bien étudier ou de trouver facilement, un emploi, quand on est mal logés. Les services publics ne doivent pas rester en reste et nous devons poursuivre nos efforts envers les personnes porteuses d’un handicap et nos ainés. Le soutien scolaire, l’aide aux familles en difficulté, l’offre de soins de santé font aussi partie des orientations à long terme que nous devons donner à notre ville pour que l’ensemble de nos concitoyens se sentent pleinement intégrés à son développement.

Un dernier point est pour nous mportant : c’est celui de la démocratie participative. Nombre de nos concitoyens ont montré qu’ils attendent d’être consultés et associés à la construction des projets de notre ville. Nous pouvons encore faire mieux en associant les habitants encore plus en amont des projets. Cela participera de leur réconciliation avec la politique.

Le prochain budget 2018 nous permettra de voir si on est bien dans ces orientations. Il ne faut pas oublier que les investissements d’aujourd’hui sont souvent des non dépenses de demain, je pense aux questions énergétiques mais aussi à l’éducation et à la culture.

2 vote Pour, 1 NPPV

Françoise Chevallier, présidente du groupe des élu-e-s Europe Ecologie Les Verts et apparenté-e-s de la Ville de Lyon

Une réflexion au sujet de “Election du nouveau maire de Lyon // Intervention de Françoise Chevallier au conseil municipal // 18 juillet 2017

  1. Bonjour,
    je me demande s’il ne faut pas étudier les possibilités d’une gouvernance « co-opérative » pour intéresser de manière plus stable les citoyen.ne.s à la vie de la cité ?

    La participation (telle qu’elle est aujourd’hui le plus souvent mise en oeuvre), laisse une situation déséquilibrée entre les élus (informés et participant à l’ensemble d’un processus de décisions) et les citoyens (moins informés – en particulier des contextes géo-politiques- et ne participant pas (même en tant qu’observateurs) à l’ensemble du processus de décisions.

    La co-opération engage chacun co-opérateur dans le processus de décision et de sa mise en oeuvre.
    My 2 cents contribution..
    Alain

Les commentaires sont fermés.