Déclassement de l’A6/A7 dans sa traversée de Lyon // Intervention d’Etienne Tête au conseil municipal de Lyon // 23 octobre 2017
Partager

Nous sommes favorables à ce rapport et en total désaccord avec les précédentes analyses qui amèneront toujours plus de voitures en ville. Cela me donne l’occasion de rappeler que nous corrigeons une erreur de près de 50 ans, puisque nous avons inauguré l’A6/A7 en 1971.
Cela peut rassurer tous les maires de Lyon. Pradel est aussi connu pour ses erreurs que pour ce qu’il a fait de bien.
Aujourd’hui, ce qui est intéressant de voir c’est que les erreurs d’aménagement du territoire quand on les fait, on les paye pendant très longtemps. Cette erreur d’avoir placé l’A6-A7 dans la ville, il faut en sortir avec des solutions qui n’aient pas pour effet de transférer la pollution des uns sur la pollution des autres.

Déjà nous ne sommes pas d’accord avec les précédents propos : plus on fabrique de la voirie, plus on crée de la pollution. Notre position est très claire, on ne sortira pas de cette ornière de l’autoroute en plein centre de Lyon par l’A45, par le COL ou par l’anneau des sciences, expression réactualisant l’ancien Tronçon Ouest du Périphérique. Ce dernier projet est dans les cartons depuis les années 90.

Les réflexions qu’il faut avoir sur la voiture sont les suivantes.

– La première c’est que la place de la voiture doit changer dans les centres-villes. On nous annonce la suppression de voitures polluantes d’aujourd’hui. C’est un bon signe.

– La seconde est rééquilibrer l’ensemble des coûts économiques de déplacement car si la voiture joue encore un trop grand rôle, c’est que par rapport à d’autres modes de déplacement, elle reste compétitive. Pour une équité globale, il nous faut augmenter le prix du kérosène sur l’aviation civile car il participe aussi à la pollution. Il faut développer les transports collectifs qui sont beaucoup moins polluants, notamment pour le fret. Si on ne lutte pas contre le fret sur les camions parce qu’il y a des lobbys routiers, on n’apportera pas de solution.

– Les autres solutions sont dans les engagements que l’on doit prendre dans le Plan Local d’Urbanisme qui est actuellement en débat. Il faut concentrer la ville et éviter la périurbanisation. Ici, il s’agit de limiter la périurbanisation dans l’ouest lyonnais.

Il faut donner des signes tangibles de cette déclassification de l’A6/A7 :
– réduction de la vitesse ;
– installation de feux et traversées piétonnes ;
– création d’axes de transports en commun et de modes actifs ;
– reconquête des berges rive droite du Rhône.

C’est un projet global qui ne peut être résolu par la fuite en avant avec toujours plus de voitures et toujours plus de voirie.

Nous devons repenser la ville et trouver par la concertation des solutions beaucoup plus durables que celles de construire l’anneau des sciences.

Etienne Tête,
Conseiller Municipal Europe Ecologie-Les Verts et apparentés de la Ville de Lyon

Intervention prononcée à l’occasion de l’approbation d’une convention entre la Ville de Lyon et la Métropole, relative à la remise d’ouvrages d’éclairage public (partie A) et de gestion des installations dans la Traversée de Lyon (partie B) suite au déclassement de la section autoroutière A6/A7

Une réflexion au sujet de “Déclassement de l’A6/A7 dans sa traversée de Lyon // Intervention d’Etienne Tête au conseil municipal de Lyon // 23 octobre 2017

  1. Bonjour,
    Non , il ne faut pas concentrer la ville- c’est déjà beaucoup trop concentrée et beaucoup trop bétonnée. Sans prôner la périurbanisation à outrance, bien que l’appréciant quand c’est de qualité.
    On doit modérer la population/ le développement et se concentrer sur l’amélioration/création de villes de taille petites/moyennes plus humaines. Une vraie qualité de vie doit exister en dehors des grands métropoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *