Coopérative d’habitat « Groupe du 4 Mars » // Intervention de Françoise Chevallier au conseil municipal de Lyon // 25 septembre 2017
Partager

La délibération que nous votons aujourd’hui est une première pour notre ville et nous espérons qu’elle sera suivie d’autres du même type ou de mises à disposition de terrain sous forme de bail emphytéotique.

En effet, par cette délibération, la ville va garantir l’emprunt pour la construction d’une coopérative d’habitat de 11 logements au 82/84, rue Philippe de Lasalle dans le 4ème.
Alors que la crise du logement frappe durement les Français, de nombreuses expérimentations citoyennes émergent sur l’ensemble du territoire. Elles proposent de nouveaux modes d’habitat qui sont des compléments prometteurs aux pratiques classiques de production de logements.

Concrètement, l’habitat participatif est un regroupement de ménages mutualisant leurs ressources pour concevoir, réaliser et financer ensemble leurs logements, au sein d’un bâtiment collectif. Ces projets se caractérisent par le respect de valeurs comme la non-spéculation, la solidarité, la mixité sociale, l’habitat sain et écologique, la mutualisation d’espaces et de ressources.

Cette forme d’habitat est très développé dans d’autres villes européennes. Par exemple à Zurich, aujourd’hui, c’est plus de 120 coopératives d’habitat, soit 20 % des logements de la ville.

En France, la loi sur le logement de 2014 a reconnu le statut original de ce type d’habitat.
Notre Métropole soutient ce type de projets par l’intermédiaire de l’association Habicoop qui accompagne les habitants pour la structuration de groupes, pour le montage financier et juridique de la coopérative et pour la recherche foncière. Le Village vertical à Villeurbanne est un des exemples réalisés les plus connus.

Au moment où le gouvernement affiche la volonté de construire plus et mieux tout en réduisant le prix des loyers, nous croyions que la solution non spéculative de l’habitat coopératif fait partie des solutions éprouvées et fiables.

Le blocage des loyers en est une autre à la disposition des collectivités depuis la loi ALUR.
C’est à l’inverse des mesures annoncées récemment de réduction des APL pour les logements sociaux et la demande faite par le gouvernement aux bailleurs de réduire d’autant les loyers. Cela va diminuer fortement les ressources des bailleurs sociaux et compromettre des projets de création ou de réhabilitation de logements sociaux.

Les élu-es Europe-Ecologie-Les-Verts de la Ville de Lyon voteront avec plaisir cette délibération et souhaitent que de nouveaux projets du même type puissent aboutir à Lyon.

Françoise Chevallier,
Présidente du groupe des élus Europe Ecologie-Les Verts et apparentés de la Ville de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *