Anniversaire de Tchernobyl : Lyon dans la zone d’exclusion nucléaire ?
Partager

Le 26 avril cela fera 32 ans que le coeur de la centrale de Tchernobyl est entré en fusion. Depuis, une zone d’exclusion de 30km autour de la centrale a été instaurée. Plus aucune activité humaine n’y est possible.

Un accident du même type à la centrale Bugey placerait la colline de la Croix-Rousse en zone d’exclusion. L’ensemble de la métropole lyonnaise serait concerné.

Les écologistes demandent la transparence et souhaitent que la Métropole de Lyon fournissent des informations régulières à ses habitants concernant les incidents qui se succèdent à la centrale du Bugey.

Pour cela il est temps que la métropole de Lyon siège ENFIN à la Commission Locale d’Informations de la centrale du Bugey !

Si nos voisins genevois ont intégré cette commission, la métropole lyonnaise ne semble pas se soucier de la sécurité de ses habitants.

Le nucléaire un danger permanent

  • Il y a 39 ans, Three Mile Island, 28 mars 1979…
  • Il y a 32 ans, Tchernobyl, 26 avril 1986…
  • Il y a 7 ans, Fukushima, 11 mars 2011…

La centrale du Bugey est l’une des plus vieilles de France. Alors que le lobby nucléaire se veut rassurant, le risque d’accident nucléaire est concret et grandissant : aucune centrale n’est à l’abri d’un problème technique, d’une erreur humaine, d’un acte de terrorisme ou d’un événement climatique. En France, il est urgent d’arrêter les centrales nuclé­aires les plus anciennes (Fessenheim, Bugey et Tricastin) et d’abandonner les chantiers de l’EPR (projet de réacteur nucléaire de troisième génération de Flamanville) et d’ITER (projet de réacteur expérimental international à fusion thermonucléaire à Cadarache)

Les écologistes demandent un investissement massif dans les énergies renouvelable et dans la rénovation thermique des bâtiments pour sortir rapidement de l’énergie nucléaire.