Aide alimentaire, Soutien solidaire // Tribune parue dans Lyon Citoyen // Janvier 2012

IMGP9966

Tous les signaux sont au rouge. La crise s’aggrave et les demandes d’aide alimentaire prennent de l’ampleur. Pourtant sans une large mobilisation de l’opinion publique, le programme d’aide alimentaire européen aurait été supprimé.

La ville à travers le CCAS et ses antennes solidarités ne ménage pas ses efforts : aides à la restauration scolaire, aux repas de nos ainés (portage à domicile ou restaurants seniors), soutien à de nombreuses associations, …

Elle cherche à coordonner l’action des associations. Par le biais des épiceries sociales et solidaires, des expériences sont lancées et des actions pérennisées pour permettre aux personnes plongées dans la précarité de retrouver une alimentation équilibrée, de se réinsérer en renouant avec l’action collective. Car l’objectif est bien de permettre aux personnes à qui l’on vient en aide de reprendre confiance en soi et de se projeter dans l’avenir.

Bien souvent à la pénurie alimentaire s’ajoute la précarité énergétique. Ce sont les besoins fondamentaux des personnes, l’accès à des « biens communs » qui sont remis en cause.
Si certaines villes, comme la notre, compensent ces injustices pour partie avec un important investissement, c’est au niveau national qu’il faut impulser les changements nécessaires.

Pierre Hémon, Maguitte Chichereau, co-présidents du groupe Europe Ecologie Les Verts et apparentés de la ville de Lyon

Remonter